AccueilContacterPlan du siteLiensRechercherAlbum photos
turismosobrarbe.comComarca de Sobrarbe

La Région

Municipalités et noyaux de population

Aínsa-Sobrarbe

Web:www.villadeainsa.com
Office Municipale de Tourisme : 974 500 767

· Population : 1353 habitants. Dans toute la municipalité autour de 1897 habitants.
· Altitude : 589 m. sur le niveau de la mer.
· Nom des habitants : Ainsetano.
· Jours fériés locaux : le 20 janvier on fête Saint Sébastian, avec des grands feux et la fête des mariés, et le 14 septembre " La Morisma ", tous les deux ans.



Les villages suivants appartiennent à cette municipalité : Aínsa, Arcusa, Arro, Banastón, Las Bellostas, Camporrotuno, Castejón de Sobrarbe, Castellazo, Coscojuela de Sobrarbe, El Coscollar, Gerbe, Griebal, Guaso, Jabierre de Olsón, Latorre, Latorrecilla, Mondot, Morillo de Tou, Olsón, La Pardina, Paúles de Sarsa y Santa María de Buil, Sarratillo, Sarsa de Surta.


Monuments : la Vieille Ville médiévale, avec son Château (XIe-XVIe siècles), ses chemins de ronde, sa Plaza Mayor (XIIIe-XVe siècles), la place-marché avec ses arcades, et son église de Santa María (XIIe siècle), sont un résumé de l'histoire de cette région. Vous pouvez aussi trouver des façades comme celles de Casa Arnal (XVIe siècle), Casa Bielsa (XVIe-XVIIe siècles), l'Arc de l'Hôpital ou les restes de l'église de San Salvador (XIIe siècle).

À Aínsa, sur le site de confluence des rivières Cinca et Ara, nous pouvons trouver un ensemble architectonique et urbanistique d'une si grande valeur que sa vieille ville a été déclarée Monument Historique et Artistique en 1965. Ville du département de Huesca et capitale de l'arrondissement du Sobrarbe, l'ancien royaume du Sobrarbe regroupe autour de soixante-dix villages regroupés en vingt municipalités.

Le nom de Sobrarbe vient du nom de la chaîne montagneuse d'Arbe sur la que cette région était. Elle s'étendait depuis les rives du Cinca jusqu'à Alquézar. Puis " Sur Arbe " (" Sobre Arbe "), pour finalement arriver à la contraction " Sobrarbe ". Son nom en patois est La Aínsa ou L'Aínsa.

724 est l'année de la Reconquête. Selon la légende de San Juan de la Peña, García Jiménez était nommé premier roi de Sobrarbe et décide d'attaquer les mores à La Aínsa. García avec ses 300 soldats arrive par surprise à La Aínsa de nuit en disant à ses soldats que la Divine providence était de sa part parce qu'il avait vu une croix sur un arbre de chêne. A la fin il déclare La Aínsa capitale du royaume du Sobrarbe, et c'est pour cela que le blason du Sobrarbe a une croix rouge sur un chêne, en étant un des quartiers de l'historique blason d'Aragón.

La Croix du Sobrarbe, " la Cruz Cubierta ", est un monument à 1.5 km. depuis la Plaza Mayor prenez la route goudronnée qui va au parking et puis continuez par une piste en terre jusqu'à l'endroit où la bataille du Sobrarbe avait eu lieu. Un petit temple circulaire composé d'une colonne avec une grille de fer forgé et une toiture pyramidale. À l'intérieur vous trouverez l'emblème d'Aínsa et du Sobrarbe: le chêne couronné par la croix. Cette croix couverte a été construite en 1655, mais détruite par un ouragan, et reconstruite en 1765 par ordre de Carlos III.



Historiquement Aínsa date de 1055, mais la vraie documentation historique commence avec la charte de repeuplement donnée par Alfonso le batailleur en 1124. L'ancien château est aussi de cette époque, puis au XVIe siècle il a été agrandi comme forteresse.

Aínsa est divisée en deux parties. Celle d'en haut est la vieille ville, avec deux rues et une place simple près du château qui donnent forme au centre urbain original.



Le château garde presque tous ses remparts. De ses portes extérieures principales, seulement deux sont toujours debout. Depuis le château vous pouvez voir l'ensemble muraillé et les bastions quadrangulaires aux angles. De grande dimension, il a une série d'arcades qui soutiennent le chemin de ronde. Le donjon, du XIe siècle, est totalement reconstruit. C'est une tour de cinq étages avec des meurtrières et un toit à deux eaux. Aujourd'hui c'est le Centre d'Interprétation de la Faune Pyrénéenne. Les deux tours nord-est et sud-est sont aussi réhabilitées. Dans la tour nord-est vous trouverez l'Office Régionale de Tourisme, l'Office Technique et la Salle de Geovision du Geoparc du Sobrarbe. Dans la tour sud-est vous pouvez visiter l'Espace du Geoparc, centre d'interprétation qui vous montrera la richesse géologique de cette région.



Ainsa, entourée au fond par les montagnes de la " Peña Montañesa ", les " Tres Sorores ", les " Tres Marías " et la " Sierra de las Tucas ", est le centre de toutes les directions du Sobrarbe. Il faut remarquer son histoire et son art, la cour d'armes du château qui connecte avec la " Plaza Mayor ", qui est une des plus anciennes du pays entre les places en arcades, avec des porches romans-gothiques avec les maisons en pierre. Aux " casas Consistoriales " (hôtels de Ville) se trouve l'arc d'accès a la rue principale que vous ne devez pas oublier de visiter.



Dans une autre partie de la Ville vous trouverez la Tour romane de l'église de " Santa María de Buil ", une ancienne collégiale dont le rôle était militaire et religieux. Elle a fait école pour les autres tours du Sobrarbe, ses dimensions étaient uniques parmi les bâtiments romans d'Aragón. Le corps supérieur est d'un grand intérêt, avec quatre grandes baies vitrées avec des archivoltes et des chapiteaux décoratifs. De la place sortent deux rues : celle de " Gonzalo I " et celle de " Santa Cruz ". Au carrefour vous trouverez une petite place au nom de " San Salvador ". Au bout il y a les arcs de " l'Escalereta et de l'Hospital ", plus celui de la " Plaza Mayor " et les portails de " Fontela ", de " Abajo " et de " Afuera ".



L'église est de 1181, consacrée à Santa María. Sa construction a commencé à la fin du XIe siècle et a finie dans la deuxième moitie du XIIe siècle. La dernière restauration a été faite en 1972-1974. Dans sa façade principale il faut remarquer cinq archivoltes sur de petites colonnes. Le maître-autel et la crypte, l'autel en l'honneur de Santa María et la crypte, avec 18 petites colonnes avec des chapiteaux renouvelés, en l'honneur de Santa Cruz, ont été consacrés en mars 1974. Le cloître est aussi très intéressant, puisque vous trouverez un mélange de roman et gothique. Il a un étage en pentagone irrégulier et il a été construit aux XIVe-XVIe siècles.
Le vaisseau de l'église est formé par un arc légèrement brisé et le ch?ur a dans son abside une voûte en cul de four. Dedans il y a un Christ moderne et une Vierge gothique en bois polychromée du XIVe siècle.



L'Aínsa fête " La Morisma ", consacrée à la fête de la " Santa Cruz ", le premier dimanche de septembre les années qui finissent par un chiffre pair. C'est une représentation unique, différente de toutes celles que existent en Aragón, et qui ressemble à celles du royaume valencien avec ses représentations de maures et chrétiens, avec l'influence des pastorales classiques. Dans le spectacle apparaissent le roi Garci Jiménez, le général maure, la reine maure, et la reine chrétienne. Ils ne manquent pas le " rabadán " et le contremaître, le péché, l'allié de Lucifer et l'ange. Il raconte la bataille contre les maures, quand Garci Jiménez voit la lumière dans le ciel. Les villes du vieux Sobrarbe, comme Labuerda, San Vicente, El Pueyo, La Fueba, Banastón, Araguás, Cagigosa, Labayo et Montpellier apparaissent dans le texte. La bataille est jouée, puis la conquête du château, et à la fin un berger pars vers Jaca et San Juan de la Peña pour annoncer la victoire des chrétiens.

Fin juillet il y a le Festival International de Musique Château d'Aínsa.

En septembre, le terrain découvert du château accueille l'Expo-foire du Sobrarbe.