Página principalContactarMapa de la webEnlacesBúsquedasGalería de fotos
turismosobrarbe.comComarca de Sobrarbe

Nature

Faune

Faune

La faune qui peuple cette communauté de communes est surprenante et incroyable. Ici vivent une aussi grande variété d'espèces comme de grand nombre d'habitats. Ici, bon nombre d'espèces ont trouvé un de leurs derniers refuges.

Parmi les oiseaux, il faut mentionner le gypaète barbu (" quebrantahuesos ", que comme son nom l'indique, se nourrit d'os d'animaux morts qu'il casse en les lançant contre les rochers). Presque disparu dans le passé, aujourd'hui se trouve au Sobrarbe l'une des meilleures populations d'Europe. Vous verrez très facilement d'autres oiseaux de proie tels que le vautour fauve ou commun, le vautour blanc, l'aigle royal, le faucon pèlerin, le milan, etc.



Parmi les oiseaux de proie nocturnes, il faut remarquer l'hulotte, le grand duc, l`hibou boréal , les chouettes... Vous pouvez voir aussi une multitude de petits oiseaux (des mésanges, des sittelles torchepots, des pinsons, des merles, des roitelets, des martins-pêcheurs, des merles d'eau, les bergeronnettes grises, des martinets, des passereau x grimpeurs, des pics verts, etc.) Plus difficile à repérer est le coq de bruyère, très menacé, ou la perdrix des neiges.

Parmi les mammifères les plus représentatives il faut mentionner le chamois, qui monte facilement par les fortes pentes montagneuses, et les chevreuils, les sangliers, les cerfs, les renards, qui vivent dans les zones boisées. Les marmottes, ces rongeurs prolifiques d'entre 3 et 5 kilos, se sont installées dans des zones rocheuses et dans des vallées. Elles avertissement à l'ensemble de la colonie des possibles intrus avec leur caractéristique sifflement.

Le desman des Pyrénées et la loutre peuplent de plus en plus les grands fleuves de Sobrarbe, ainsi que des amphibiens (crapauds, grenouilles, salamandres ...) parmi lesquels se trouvent deux espèces endémiques: le triton pyrénéen, qui fréquente les lacs de montagne et les canyons pyrénéens, et la grenouille pyrénéenne, découverte en 1990.

À signaler d'autres petits animaux comme les chauves-souris, les musaraignes, les lapins, les lièvres, les écureuils, les loirs, les petites taupes, etc.

Le seul reptile dangereux est la vipère aspic, puisque les autres (les couleuvres vert-jaunes, les couleuvres vipérines ou aspics d'eau, les lézards verts ou les petits lézards des roches) sont inoffensifs.