Página principalContactarMapa de la webEnlacesBúsquedasGalería de fotos
turismosobrarbe.comComarca de Sobrarbe

Patrimoine Culturel

Fêtes et Traditions

LE CARNAVAL DE TORLA

Torla, en haut de la vallée de l'Ara et à l'entrée du Parc National d'Ordesa et Monte Perdido, a su aussi maintenir son Carnaval traditionnel. En travaillant avec les personnes âgées de la zone, ils ont su récupérer l'un des principaux éléments: le procès à Carnabal.

Peut-être le plus bizarre de ce Carnaval, qui le fait différent des autres, est le fait que les fautes et les erreurs des voisins sont représentés dans un être vivant, une personne humaine, pas comme les figure de Chistau, Bielsa ou Nerín. Ce fait implique que le procès et la mort de Carnabal, comme on appelle ce personnage, soit plus émotif et inquiétant.



Plusieurs jours avant il y a des rumeurs: quelqu'un a vu Carnabal dans des endroits proches du village, normalement les montagnes d'Ordesa. Enfin, il sera capturé et emprisonné par le "tenedor", le personnage chargé de le surveiller et de l'emmener attaché avec une corde.



Carnabal est représenté par un jeune homme du village, habillé avec des sacs et des peaux sur tout le dos et la tête. Sur la tête il porte deux paires de cornes de différentes grandeurs qui le rendent horrible et macabre. Quand il arrive à Torla, un grand groupe de personnes déguisées l'attendent, puis lui récitent une histoire qui raconte comment il va être jugé et tué pour payer ses péchés.

Le "tenedor" promènera Carnabal dans les rues du village. Le personnage épouvantera les enfants et essayera d'échapper tout le temps. Après avoir bien mangé et bu, on lui fait le procès, en l'accusant de tous les malheurs qui ont eu lieu au cours de la dernière année, par exemple: "Je t'accuse de que cette année nous allons avoir de nouveau un manque d'eau ici". Carnabal essaye de se défendre, mais il n'y arrive jamais: "Ne m'accusez pas de l'eau, parce que je ne la goute pas de toute l'année, je ne me lave pas et si je la bois ça me fait mal".

Après de nombreuses accusations, un tribunal composé d'un juge et du clergé appelé "de la Sainte Inquisition" on le condamne à mort, on lui donne une dernière volonté qui est normalement d'embrasser une fille.




Ensuite, on lui dit des dictons populaires, on lui coupe toutes les sorties possibles pour s'échapper et puis on vise à Carnabal et on représente sa mort pour continuer avec la danse et la fête.